1. Home
  2. /
  3. SOURCES OFFICIELLES
  4. /
  5. Autres Acteurs Publics
  6. /
  7. INSEE
  8. /
  9. Écart générationnel dans l’éducation...

Écart générationnel dans l’éducation à la cybersécurité : de la génération silencieuse à la génération Z

L’application des pratiques de sécurité reste la meilleure arme pour faire face à l’augmentation des menaces de cybersécurité. À travers les âges et les époques, toutes les générations n’ont pas porté la même attention à ces pratiques, et aux enjeux de la cybersécurité. L’écart générationnel dans l’éducation à la cybersécurité est un phénomène complexe en constante évolution, qui reflète les progrès rapides de la technologie et la manière dont nous interagissons avec ces changements.

De la génération silencieuse à la génération Z, de nombreux progrès technologiques ont bousculé nos habitudes, des bouleversements qui impliquent de nouveaux dangers, que nous n’avons pas tous pris en compte de la même manière. Découvrons tout de suite un aperçu de la manière dont chaque génération a abordé la cybersécurité.
Génération silencieuse, Baby-boomers et génération X
La génération silencieuse, concernant les personnes nées avant 1946, a été témoin des débuts de la révolution technologique, bien qu’elle dispose d’une moindre expérience pratique concernant les technologies de l’information et de la communication. L’éducation à la cybersécurité n’était pas un sujet courant, et peu de personnes disposent d’une compréhension approfondie des menaces qui existent en ligne. Pour cette génération, les notions de cybersécurité peuvent sembler abstraites, même si leur sensibilisation devient cruciale à mesure de la numérisation de la société.

Du côté des baby-boomers, nés entre 1946 et 1964, une augmentation significative de l’utilisation des ordinateurs et des premières formes de réseaux a permis d’améliorer la connaissance des pratiques de cybersécurité. Bien que l’écart de compétences reste présent, cette génération a généralement eu davantage d’occasions d’acquérir des compétences technologiques de base. Cependant, la complexité croissante des menaces en ligne nécessite une adaptation continue de ces connaissances, de manière à rester protégé dans un monde toujours plus connecté. Il s’agit d’un point sur lequel les baby-boomers peuvent rencontrer des problèmes, du fait qu’ils ne voient pas la technologie actuelle comme adaptée à tous les âges, ce qui complexifie la détection des cybermenaces émergentes.

Arrive ensuite la génération X, qui concerne les personnes nées entre 1965 et 1980. Cette génération a été témoin de l’émergence d’Internet et des premiers virus informatiques. L’éducation à la cybersécurité est un sujet qui est pour la première fois intégré aux formations, même s’il existe encore un manque de compétences spécialisées. Toutefois, les membres de la génération X disposent d’une expérience professionnelle considérable, et sont en mesure d’équilibrer leurs mondes numériques et analogiques du fait de leur connaissance d’un monde sans et avec Internet. Leur plus grand challenge est d’instituer la collaboration au travail, et l’application de directives de cybersécurité hiérarchiques.
La cybersécurité chez les générations Y et Z
La génération Y, ou les millennials (1981-1996), a grandi avec Internet et le développement des réseaux sociaux, elle dispose donc d’une conscience approfondie des problèmes de cybersécurité. Les millennials sont des grands férus de technologie, 44 % des nomades numériques appartiendraient à la génération Y, qui se trouve être la génération la plus présente actuellement sur le marché du travail. Même si l’éducation à la cybersécurité a été mieux intégrée, les millennials peuvent également être plus enclins à prendre des risques en ligne en raison de leur familiarité avec la technologie. Le défi réside dans la promotion d’une utilisation responsable d’Internet tout en évitant les comportements à risque.

De plus, la génération Y démontre une tendance à préférer une expérience fluide à la complexité de la sécurité. Les utilisateurs seraient davantage tentés de préférer la simplicité à la sécurité lorsqu’il s’agit de la gestion de leurs données sensibles. De par leur grande habitude du numérique, ils seraient également moins vigilants en ce qui concerne la confidentialité des données.

Enfin, la génération Z, qui concerne les personnes nées après 1997, a grandi dans le monde numérique, ce qui lui offre une compréhension intuitive de la technologie ainsi que de ses nombreux enjeux. Le revers de la médaille est également plus présent chez cette génération, qui peut ressentir un manque de contrôle sur la vie privée, poussant les utilisateurs à attirer l’attention sur la manière dont la culture numérique peut altérer notre bien-être. Cependant, la génération Z serait encore plus susceptible de privilégier la commodité à la sécurité, du fait du sentiment d’impuissance ressenti face aux risques de cybersécurité.

Même si chaque génération rencontre ses propres défis en matière de cybersécurité, certaines pratiques peuvent être bénéfiques à toutes, comme l’utilisation de mots de passe renforcés ou d’un VPN sur iPhone, Android ou pour tout autre appareil.



Source: Écart générationnel dans l’éducation à la cybersécurité : de la génération silencieuse à la génération Z

Suivre ce lien pour lire le texte ou visionner la vidéo!


««« Retour en arrière